Une rencontre

Une rencontre
J’ai rencontré Jean Giono, et cette rencontre a changé ma vie. Je l’ai rencontré au hasard d’une préface. Et depuis, son œuvre m’accompagne et embellit ma vie.

Ce devait être en 1991. Ces quelques pages dans lesquelles coulaient déjà un torrent d’eau vive éveillèrent assez ma curiosité pour me donner envie d’aller plus loin. Ce fut alors « Que ma joie demeure ».

Et cette première phrase, point de départ d’un voyage à travers une œuvre monumentale :


« C'était une nuit extraordinaire.Il y avait eu du vent, il avait cessé, et les étoiles avaient éclaté comme de l'herbe. »


Cela peut paraître étrange, mais la scène qui suit cette entrée en matière, scène où Jourdan laboure son champ en pleine nuit a, je crois, infléchit définitivement mes choix professionnels. Je rêvais d’astrophysique, me voilà soudain happé par un désir de « retour à la terre » …



Dans la photo qui illustre ce billet, la constellation d'Orion, en haut, à droite nous ramène immanquablement à cette phrase de "Que ma joie demeure" :

"- Alors je t'ai dit : "Regarde là-haut, Orion-fleur de carotte, un petit paquet d'étoiles" "



Rédigé le  28 juin 2016 22:30  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site