Err

Blog

Historique du Mas Alart de 1656 à nos jours




Le 30 Mars 1656, Sébastien GARRIGA , Chanoine du Chapitre de Saint Jean, Archidiacre de l’Eglise d’ELNE, Chancelier de l’Université, Vicaire Capitulaire du Diocèse, Docteur en Théologie, fait donation à son frère, Joan GARRIGA , d’un Mas (Mansa) situé « à l’extrémité du lieu dit de Saleilles », qu’il a construit , (edifficat) ainsi que les terres alentours, qu’il avait achetées.

Joan GARRIGA, boutiquier de toiles à Perpignan, avait épousé la « donzella » Ursule RIBES, selon l’acte de mariage du 10 Mai 1648, acte dans lequel intervient déjà son frère, Sébastien, qui mentionne ses biens. Le 27 Décembre 1658 il donne le Mas à ferme à Gabriel et Antoine PIQUES, père et fils.

François GARRIGA, fils de Joan, héritera du Mas et sera également mentionné comme Bourgeois-Seigneur de GARRIUS (Domaine près de SALSES). Il vend le Mas, le 29 Août 1674 à Joseph BLANQUET , Meunier à farine au moulin d’EN SAGAU, de Malloles. Celui-ci ne conservera le Mas qu’un an et le vendra, le 24 Août 1675 à Honophre BOLONDRARA.

En 1692, Jacobus NOSTENS,  « agricola », achète le Mas à Honophre BOLONDRARA.

Son fils, Antoninus NOSTENS vend le mas, le 25 Novembre 1693,  sous le nom de « Mas de la Fauceille » à Antonino GARAU-REGNES , Bourgeois Honoré de Perpignan. La carte des environs de Perpignan, de 1699, indique à ce moment-là le Mas de Michel TONINE  ( Pour Antonino GARAU dit probablement « En Tonine »).

          Le 3 Février 1712, Antonino GARAU vend le Mas à Jean QUERELLE, Directeur du Domaine du Roy. Celui-ci épouse Gabrielle de la VIGNOLE, veuve de Jean OVEILLER.  C’est elle qui fera acte d’abandon de la  «  Metterie de la Fosselle » après que le Conseil Souverain, par Acte du 12 Janvier 1735 ait nommé des experts pour constater le mauvais état des grains et semences et l’état d’abandon des lieux. C’est Mathieu MARI qui sera nommé curateur de « la dite Métairie ».

    La Viguerie du Roussillon met aux enchères la Métairie de la Fosseille abandonnée par Gabrielle QUERELLE DE LA VIGNOLE. Quatre séances d’enchères d’Avril à Juin 1735 furent sans résultat ( Ce qui en dit long sur l’état des lieux !) . Ce n’est que le 16 Novembre 1740 que Jean PELLISSER , Citoyen Noble de Barcelone, habitant Perpignan, se porte acquéreur du Mas pour le compte de son fils, Jean, Docteur en Lois. A noter que Jean PELLISSER, fils , était  « Docteur ez loix, Citoyen noble de la Citté de Barcelonne ».

    Le 10 Septembre 1751, Jean PELLISSER, fils, vend la Métairie à Ignace François REGNAULT, Tapissier à Perpignan.  Le Sieur PELLISSER , dans cet acte, évoque les réparations faites par lui à la « dite Métairie , tant  à la Bergerie qu’à la maison »…. Le 26 Mai 1760, dans une « Supplique des habitants de Saleilles concernant les dégâts causés par la grêle », Jean PELLISSER  demande réparation pour « 18 ayminates de bled détruits par la grêle ».

    Le 15 Septembre 1761, Ignace François REGNAULT vend « la métairie et ses dépendances à Gaudérique HORTET, Capitaine d’Invalides des Fusiliers de Montagne. Dans cet acte, François REGNAULT indique tous les travaux et aménagements qu’il a réalisés pour cette métairie :  « ….il a employé plus de deux mille livres ayant refait à neuf une des murailles principales et de face de la métairie, ayant refait cinq planchers d’icelle, refait le toit, fait à neuf toutes les portes contrevents des fenêtres et les avoir vitrées, ayant aussi fait à neuf le pigeonnier, recrépi et enduit toutes les murailles de la métairie, fait à neuf l’escalier, formé une cave, un mur de refent pour la séparation, le four et une chambre entière et plusieurs autres réparations ayant également bonifié les terres dont la plus grande partie était des joncas ( ?) et des garrigues qu’il a arrachées et réduit les terres à culture, y ayant fait plusieurs agulles ou rigoles tant pour l’écoulement des eaux que pour l’arrosage des terres, ayant fermé un pred, une close et un jardin, ayant planté une grande quantité d’arbres (…. ?…) y ayant fait une fontaine et un puits… ». Gaudérique HORTET, de passage à Perpignan, se trouvait à cette époque en garnison à Mahon, dans l’île de Minorque.

    Gaudérique HORTET épouse Elisabeth BOIXEDA, de Prats-de-Mollo. Ils eurent une fille, Catherine HORTET, qui épousa Thomas VILLANOVA (Contrat de Mariage du 23 Mars 1762). Leur fille unique, Françoise VILLANOVA hérita de « tous leurs biens » y compris la « métairie ».  Voir la Carte de CASSINI qui indique « HORTET ».

    Le 19 Juillet 1785, Françoise VILLANOVA épouse, en l’Eglise Notre Dame des Anges de Cabestany, Antoine ALBERT, dit « BARROI », âgé de 17 ans, étudiant en droit, orphelin, émigré espagnol né à OLOT. Mais Antoine ALBERT fait l’objet de multiples procédures pour dettes et créances à la suite de quoi il sera dépossédé de tous ses biens (maisons à Perpignan). Antoine ALBERT et Françoise VILLANOVA eurent trois filles : Bonaventure (épouse François SOLER), Catherine (épouse Bonaventure PUJOL) et Antoinette (épouse Joseph LLENSE).  Devenue veuve Françoise VILLANOVA épousa Monsieur Joseph LLENSE Père, sa fille Antoinette épousant Joseph LLENSE, fils…. Les deux mariages ayant eu lieu le même jour semble-t-il.

    Après le décès en Espagne d’Antoine ALBERT ( dit BARROI ou BARROY ou BARROUA…) ses trois filles introduisirent une action judiciaire concernant les sanctions dont leur père avait fait l’objet. Elles obtinrent une indemnité de 5363,87 F après plusieurs années de procédure, le 30 Avril 1827.

    Antoinette ALBERT et Joseph LLENSE eurent neuf enfants : Jean, Joseph, Antoine, Marie, Antoinette, Thérèse, Joséphine, Angélique (ép.LANQUINE), Françoise… Ces enfants (dont certains sont célibataires) firent de nombreuses donations entre eux ainsi qu’à leurs neveux… Il semblerait que ce soit trois fils d’Antoine LLENSE qui aient vendu à Bernard ALART « la propriété rurale située au territoire de Cabestany, canton Est de Perpignan, appelée Mas LLENSE, au lieu-dit PLANASSOUS... ».
    Ces vendeurs étaient Joseph LLENSE époux de la dame Jeanne-Victoire MAIRINE, Emile LLENSE, célibataire, Albert LLENSE, époux Marie-Cécile LANQUINE : ils avaient hérité de leur père, Antoine, mais aussi de leurs oncles et tantes célibataires, les enfants d’Antoinette ALBERT et Joseph LLENSE.


   
    Les   « ALART » :

    La famille ALART est originaire de VINCA, où elle s’est installée au début du XIX ème siècle, venant auparavant de Cerdagne (Palau de Cerdagne). C’était une famille de commerçants dont les ancêtres furent d’abord aubergistes. François ALART, puis son fils Bernard, développèrent un commerce de tissus et vêtements ainsi qu’un atelier de confection qui prospéra à Vinça. A la fin du XIX ème siècle, vers 1895, François-Bernard et son épouse, née Marie ESCANYE, qui avaient eu 4 fils, dont deux malheureusement décédés à 15 et 18 ans, souhaitaient laisser à chacun des deux fils Jules et Amédée deux « situations » … Ils achetèrent donc la « Métairie » à la famille LLENSE, au mois d’Octobre 1897.
    Après un tirage au sort, c’est Jules qui hérita de ce Mas. C’est Antoine ALART, le fils cadet d’Amédée, qui était alors le plus jeune de la famille, qui choisit le papier dans un chapeau. Jules ALART était né le 2 Juillet 1876, il est sorti premier sur 47 de l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris en 1896 et intégra alors la Banque de France. Jules ALART était Chevalier de la Légion d’Honneur, il avait reçu cette distinction en raison de son rôle majeur dans la création de la Banque Populaire des Pyrénées Orientales. Il reprit le Mas qu’il légua en 1959 à son fils cadet, Bernard, qui l’exploitait déjà avec son père depuis 1933.   A partir de 1978 c’est Anne ALART, fille cadette de Bernard qui prit la succession, puis, en 1997, Frédéric BELMAS, petit-fils de Bernard ALART.


Rédigé le  18 nov. 2018 12:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Vendanges 2018...


L'année 2018 aura été marquée par un printemps pluvieux et un été très chaud avec, en particulier, une période de forte canicule au début du mois d'août...
Le mildiou, champignon virulent quand l'humidité domine a causé de gros dégâts un peu partout dans les vignobles européens.
De notre côté, nous n'avons pas subit d'attaque massive de ce champignon : le climat du Roussillon nous a, encore une fois, mis à l'abri des caprices du temps...

Une autre grande particularité de ce millésime est l'hétérogénéité des maturités. Les vendanges ont débuté le 21 août par le Muscat à petits grains pour se terminer avec le Mourvèdre le 6 Octobre...
Et si les corps étaient bien fatigués, les esprits, par contre étaient heureux et sereins suite à des vendanges sans problèmes majeurs et nous ayant offert une si belle récolte !



Après deux années de très petites récoltes (dues aux sécheresses successives en 2016 et 2017), nous retrouvons des quantités normales... et une qualité exceptionnelle !
L'équipe a été vraiment extra, j'espère pouvoir compter sur tout le monde l'année prochaine !
La machine à vendanger (pour les parcelles concernées) ne nous a pas posé de problèmes majeurs. Et si quelques pièces ont cassé, rien de majeur qui ne nous empêche de travailler : La présence de Fernand à mes côtés est précieuse : il a toujours la bonne solution quand la mécanique commence à nous jouer des tours !



Voilà pour les aspects purement techniques.

Concernant mon ressenti et ma vision des années futures, je peux dire que cette année marquera plusieurs virages : La mise en place de l'expédition en points-relais m'a permis de pouvoir vous proposer mes vins partout en France au prix de la propriété : cela faisait longtemps que je désirais vous offrir ce service. Les commandes qui ont suivi m'ont prouvé que c'était une attente forte de mes clients. J'ai également décidé de sortir plus souvent pour présenter mes vins en salons (ce sera un plaisir de vous rencontrer à ces occasions) et de faire évoluer nos festivités durant l'été...  Je vous en dirai plus dans les mois à venir...



C'étaient mes 24ème vendanges depuis mon arrivée au domaine.
L'année prochaine, je fête mes 50 ans : Ce sera donc mon demi siècle sur cette Terre et mon quart de siècle de travail au domaine familial... Sans doute l'occasion de nouvelles réflexions, de remises en question et de projets naissants...
Les enfants grandissent et j'espère, même si nous leur laisserons bien sûr leur totale liberté de choix, que l'un ou l'autre aura envie de continuer le travail entrepris...


                                                                            










Rédigé le  15 nov. 2018 18:21  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Programme des festivités 2018

Programme des festivités 2018




Le Samedi 16 Juin
Concert du Duo Borsalino (Christophe Gilles)
Entrée concert : 10€00
Restauration proposée par Paul’s Burger Truck  (menu à partir de 10€00)


Le Samedi 7 Juillet
Venim del Nord - Muriel Perpinya
Le concert : 12€00
Restauration proposée par Paul’s Burger Truck  (menu à partir de 10€00)


Le Samedi 11 Août
Concert du groupe « Blackmoon »
Grillade catalane
Le concert et la grillade : 16€00



Le Samedi 29 Septembre
Fête des vendanges mise en musique par DJ Revolution
De 10h00 à 18h00 : animations et repas pour fêter le nouveau millésime !
La journée : 25€00


Le Samedi 27 Octobre
Castanyade et vin nouveau
Entrée libre


Le 24 Novembre
Présentation du Muscat de Noël
Avec un groupe « surprise »



Rédigé le  23 juin 2018 9:29  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Géologie



Parce que, en viticulture, tout commence par le sol, j'ai contacté le Professeur Pierre GIRESSE qui m'a fait redécouvrir ce petit bout de Roussillon que j'aime tant !
Ces quelques parcelles que je connais si bien pour les parcourir toute l'année, m'ont soudain paru tellement plus riches !
Ces galets aux formes si diverses, j'ai soudain connu leur origine.
Et, ce qui m'a le plus frappé, ce sont les échelles de temps mises en jeu pour aboutir à ce terroir... Ici, on compte en millions d'années !


Je partage ici l'étude que le professeur GIRESSE a aimablement effectuée suite à notre rencontre.




Cliquez sur la carte pour consulter l'étude en PDF



Et si, par manque de connaissance, tous les éléments présentés ne nous sont pas intelligibles, vous conviendrez sans doute avec moi, qu'au delà de l'aspect scientifique, il émane une certaine poésie dans le récit de cette genèse.
La genèse d'un terroir qui oblige le vigneron a beaucoup d'humilité !


Rédigé le  24 nov. 2017 12:32  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Une rencontre

Une rencontre
J’ai rencontré Jean Giono, et cette rencontre a changé ma vie. Je l’ai rencontré au hasard d’une préface. Et depuis, son œuvre m’accompagne et embellit ma vie.

Ce devait être en 1991. Ces quelques pages dans lesquelles coulaient déjà un torrent d’eau vive éveillèrent assez ma curiosité pour me donner envie d’aller plus loin. Ce fut alors « Que ma joie demeure ».

Et cette première phrase, point de départ d’un voyage à travers une œuvre monumentale :


« C'était une nuit extraordinaire.Il y avait eu du vent, il avait cessé, et les étoiles avaient éclaté comme de l'herbe. »


Cela peut paraître étrange, mais la scène qui suit cette entrée en matière, scène où Jourdan laboure son champ en pleine nuit a, je crois, infléchit définitivement mes choix professionnels. Je rêvais d’astrophysique, me voilà soudain happé par un désir de « retour à la terre » …



Dans la photo qui illustre ce billet, la constellation d'Orion, en haut, à droite nous ramène immanquablement à cette phrase de "Que ma joie demeure" :

"- Alors je t'ai dit : "Regarde là-haut, Orion-fleur de carotte, un petit paquet d'étoiles" "



Rédigé le  28 juin 2016 22:30  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Festival de Caves

Les 7 et 10 Mai au Mas Alart : Le Festival de Caves pose ses valises !!
Et du 30 Avril au 30 Juin dans toute la France...

Pour tout renseignement, consultez le livret :


Rédigé le  26 avril 2016 13:11  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite...